Visite des sites revégétalisés par Solicaz dans le cadre de l’expérimentation du projet Guyafix

Visite des sites revégétalisés par Solicaz dans le cadre de l’expérimentation du projet Guyafix

Suite à la restitution finale des projets MOM et GUYAFIX présentée le mercredi 28 octobre 2015, des agents de la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement),  le PTMG ( Pôle Technique Minier de la Guyane), Voltalia, Forest Initiatives, Biosystem et l’Attaché parlementaire de la députée Berthelot, ont été accueilli le jeudi 29 octobre 2015, à la Société des Mines de Saint-Elie (SMSE). Ils ont découvert les sites revégétalisés dans le cadre de l’expérimentation sur la « Sélection de plantes fixatrices d’azote endogènes de Guyane pour la restauration des sites dégradés ».

Après deux ans d’expérimentation, les plantules d’Inga et de Clitoria plantées sur des sites au sol dégradé en profondeur, ont atteint entre 7 et 8 mètres de croissance.

Parcelle de haut_copie

Ces espèces ont aussi permis par leur caractère fixateur d’azote de réduire la dégradation biologique du sol et l’installation spontanée de nouvelles espèces forestières profitant d’une litière plus enrichie et de l’ombrage apporté par ces arbres croissant de 3 mètres environ par an.

Au terme de cette visite, tous les invités ainsi que Guyane Première, présente pour un reportage, ont pu conclure que les plantes fixatrices d’azote sont un gage de réussite pour maintenir et rapporter la vie dans un sol démuni afin de favoriser une revégétalisation rapide et efficace de sites dégradés.

Les visiteurs

Restitution finale des résultats de projets GUYAFIX et MOM 2012

Restitution finale des résultats de projets GUYAFIX et MOM 2012

Le mercredi 28 octobre 2015 a eu lieu à la CCIG (Chambre de commerce et d’industrie de la Guyane), la restitution finale des résultats des projets Guyafix (2012-2015) et MOM (2012-2014) devant une assemblée officielle d’une trentaine de personnes.

De gauche à droite : A.CAILLEAU (SMSE), E.NICOLINI (CIRAD), G.PAUL et E.BRUNSTEIN (Solicaz), G.FAOUCHER (DEAL)

Les intervenants (de gauche à droite) : A.CAILLEAU (SMSE), E.NICOLINI (CIRAD), G.PAUL et E.BRUNSTEIN (Solicaz), G.FAOUCHER (DEAL)

G.FAOUCHER, chef du service mine de la DEAL, a introduit les projets en faisant un bref rappel sur la réglementation concernant la réhabilitation et la revégétalisation des sites miniers. Progressivement, au cours de l’exploitation, les sites doivent être réhabilités et 30% de la surface réhabilitée doit être revégétalisée. Ces projets avaient donc pour but de proposer des solutions à cette revégétalisation qui peut s’avérer difficile. Solicaz a ensuite  présenté son outil de réponse à cette problématique par le biais d’une “Sélection de plantes fixatrices d’azote endogènes de Guyane pour la restauration des sites dégradés“.

Objectifs du projet

Pour l’expérimentation, sept plantes présentes en Guyane à caractère héliophile, fixateur d’azote, à croissance rapide et reproductibles en pépinière ont été sélectionnées après des tests de germination, de multiplication par bouturage et des tests d’efficience de la fixation de l’azote par les nodules : Clitoria fairchildiana, Inga leiocalycina, Inga ingoides, Inga edulis, Inga macrophylla, Inga pezizifera et  Inga thibaudiana

Ces espèces d’Inga et de Clitoria ont ensuite été implantées sur trois parcelles de la SMSE (Société des Mines de Saint-Elie) afin de suivre leur évolution. Un an plus tard, la croissance et la vigueur des plants dont la nodulation avait été contrôlée par le biais d’un apport de bactéries spécifiques étaient déjà remarquables selon le botaniste du CIRAD, E.NICOLINI qui a étudié le développement architectural des plants. Les analyses physico-chimiques et biologiques des sols avant et après implantation des espèces fixatrices d’azote ont pu confirmer une reprise de la vie dans le sol quoique le délai soit trop court pour certifier d’une reprise totale des qualités agronomiques, visible au bout de six ans (Schimann,2005).

Avant-Après

Résultats sur sites après deux ans d’implantation

Enfin, A.CAILLEAU, géologue à la SMSE, qui a suivi et participé activement au travail de Solicaz a partagé sa vision et sa satisfaction totale sur les résultats obtenus au bout de deux années de plantation. Les plantes fixatrices d’azote ont favorisé l’installation de nouvelles espèces forestières en enrichissant le sol et en servant d’ombrage.

Le protocole de revégétalisation de Solicaz est un service efficace dont peut bénéficier les opérateurs miniers par gestion autonome ou externalisée.

L’invitation à l’observation des sites revégétalisés a été renouvelée pour le lendemain, le jeudi 29 octobre 2015 à la SMSE.

 

MOM 2012-2014 : Mise au point d’un protocole de restauration de la biodiversité végétale sur sites dégradés

MOM 2012-2014 : Mise au point d’un protocole de restauration de la biodiversité végétale sur sites dégradés

Projet porté par Solicaz

Partenaires : PTMG Guyane, Opérateurs miniers SMSE et Equateur.

La richesse en or du sous-sol de la région guyanaise associée à un accroissement démographique extrêmement rapide génèrent une augmentation de la déforestation qui entraîne chaque année une perte de patrimoine de la seule forêt primaire que l’Europe possède. L’augmentation de la valeur actuelle de l’or risque d’accélérer cette déforestation. L’orpaillage touche plus de 20 000 hectares de forêts comprenant des concessions officielles et de plus en plus d’exploitations clandestines.

Dans le cadre de la protection du patrimoine forestier exceptionnel de ce département, il est donc important d’accompagner le développement de cette filière par des recherches sur une gestion durable, conciliant production et services environnementaux.

Dans un milieu aussi perturbé que celui d’une mine après exploitation, le sol a perdu tout son potentiel de fertilité tant au niveau des éléments nutritifs qu’au niveau de sa capacité à en fabriquer (plus de matière organique et plus de microorganismes capables de transformer cette matière organique). Dans ces conditions, il parait difficile de revégétaliser un site sans de gros apports d’intrants et sans de gros travaux d’implantation.

L’objectif de ce projet est de restaurer la biodiversité végétale ainsi que la fertilité des sols (qualité des sols) à partir d’espèces potentiellement fixatrices d’azote décomposent en plusieurs objectifs opérationnels:

–            Favoriser l’installation de symbioses efficientes entre le microorganisme et la plante hôte associée;

–            Réaliser un pré essai de revégétalisation sur site minier en fin d’exploitation afin de tester la capacité de recolonisation des différentes d’espèces;

–            Faire un état initial de la « qualité » des sols avant revégétalisation via l’utilisation de bio indicateur de leur fonctionnement biologique (Schimann et al. 2012).

Consulter le rapport

ministere outre mer gptm