Journée thématique sur les légumineuses au CFPPA de Matiti (23.01.2016)

Journée thématique sur les légumineuses au CFPPA de Matiti (23.01.2016)

Solicaz a participé à l’événement sur les légumineuses au lycée agricole de Matiti qui a réuni une quarantaine de personnes, acteurs du monde agricole.

Les invités ont visité la plateforme fourragère et la jachère active du lycée avant de découvrir les différentes expérimentations menées par IKARE et Solicaz au niveau local.

G.PAUL a développé le sujet de l’agroforesterie avec des arbres fixateurs. Elle a présenté les résultats de la plantation de plusieurs espèces de légumineuses de type Inga (pois sucré) sur un sol dégradé en profondeur pour montrer les effets bénéfiques que peuvent avoir des arbres fixateurs d’azote dans le secteur agroforestier.

Les thèmes abordés ont été :

  • Le processus de fixation de l’azote par les légumineuses
  • Cas pratique de l’expérimentation sur un site minier au sol dégradé en profondeur.
  • Les avantages de l’agroforesterie et les associations possibles.

Journée thématique sur les légumineuses au lycée agricole de Matiti (23-9-15)

Journée thématique sur les légumineuses au lycée agricole de Matiti (23-9-15)

Le 23 septembre 2015, Solicaz a participé à l’événement sur les légumineuses au lycée agricole de Matiti qui a réuni une quarantaine de personnes, acteurs du monde agricole.

L’objectif était de présenter au public d’agriculteurs l’avantage d’implanter des légumineuses dans les pâturages ou dans les parcelles de culture/arboriculture en Guyane.

Rainer Schultze Kraft, un expert du CIAT (Centre International d’Agriculture Tropicale) qui a travaillé dans l’établissement d’une collection des ressources fourragères tropicales adaptées aux sols acides a fait une présentation des cas pratiques d’expériences d’association réussies dans des systèmes d’élevage/culture au niveau international.

L’expert a mis en avant les différents avantages de l’utilisation de légumineuses. Elles améliorent la fertilité du sol par apport de matière organique, sa structure pour une meilleure conservation, contrôlent l’érosion, luttent contre les adventices. Elles permettent de produire des fourrages de haute valeur nutritive au fort potentiel de régénération à partir d’un réservoir de graines dans le sol. Elles peuvent être utilisées en complément essentiel des traditionnelles graminées fourragères, lesquelles dont la valeur alimentaire diminue avec l’âge de la plante.

Rainer Schultze Kraft a conclu sa présentation en appuyant sur le fait que les légumineuses sont un allié important dans les systèmes de culture et autres, capables d’augmenter la production de viande, des cultures et/ou des arbres.

Les invités ont pu ensuite visiter la plateforme fourragère et la jachère active du lycée avant de découvrir les différentes expérimentations menées par IKARE et SOLICAZ au niveau local.

IMG_5119

William Montaigne, docteur en écologie à Solicaz a présenté les résultats obtenus sur des expérimentations dont la finalité était d’améliorer la gestion de la fertilité des sols dans les systèmes d’élevage en Guyane. Dans ce but, une jachère active a été mise en place avec 3 légumineuses : Mucuna pruriens, Crotalaria ochroleuca et Cajanus cajan. Au bout de six mois, il a été noté une forte production de biomasse et une amélioration de la fertilité des sols alors que le témoin se couvrait d’adventices. La seconde expérimentation avait pour objectif d’observer l’impact de la fertilisation azotée sur les cultures avec une association de Brachiaria humidicola et de Desmodium ovalifolium. Deux mois après implantation, la fertilisation du sol était déjà très prometteuse et on observe une amélioration de la valeur alimentaire du fourrage.

Les légumineuses permettent une économie en engrais chimiques par leur capacité de fertilisation azotée, ce qui améliore l’ingestion et la valeur nutritive du fourrage.

IMG_5114

Géraldine PAUL, ingénieure agronome à SOLICAZ a développé le sujet de l’agroforesterie en présentant les légumineuses de type Inga, pois sucré. Dans le cadre d’une expérimentation, plusieurs espèces ont été plantées sur un sol dégradé en profondeur. En deux ans, le site a vu réapparaître une biodiversité floristique et faunique (sous-terraine et aérienne).

Bilan de cette journée : les agriculteurs gagnent à inclure une espèce de légumineuse dans leurs systèmes fourrager ou de cultures. En plus d’améliorer la structure, la fertilité du sol, elles aident à économiser et à augmenter le rendement avec une production de viande, de culture et de biomasse plus importante.

Programme RITA-GUYAFER 2013-2015

Programme RITA-GUYAFER 2013-2015

Projet porté par l’INRA Guadeloupe

Projet financé par : CIOM, FEADER et Le conseil Régional de la Guyane

Partenaires : CIRAD, Solicaz

Le programme GUYAFER a été créé dans le cadre du RITA Guyane. Il a pour objectif de promouvoir et d’accompagner le passage vers une agriculture de type organique (biologique ou non) afin d’assurer la durabilité de la ressource sol et des systèmes de production.

L’expérience accumulée dans d’autre pays tropicaux montre que la durabilité de l’agriculture dans ces conditions dépend fortement de la récupération de certaines fonctions éco systémiques présentes dans le système sol-plante-climat original. Parmi des fonctions, celles dont la pertinence et l’adoptabilité peuvent être mieux assurées pour les conditions socio-économiques de la Guyane sont liées principalement aux entrées et à la conservation des nutriments et, d’une façon générale, aux restitutions organiques. Dans ce sens, les pratiques sur lesquelles ciblera le projet sont :

  • Introduction des légumineuses (herbacées et ligneuses), afin de récupérer l’entrée naturelle d’azote dans le système (fixation symbiotique) et sa mise à disposition pour les plantes cultivées (transfert, engrais vert, recyclage après élagage ou taille) ;
  • Amendements organiques (composts, terra preta ou biochar, BRF), afin d’une part d’assurer la fourniture des nutriments avec une source de décomposition progressive et moins lessivable et, d’autre part d’améliorer les propriétés physico-chimiques des sols.

Ces pratiques seront à développer au sein des systèmes de culture actuels (p.ex. maraichage, vergers, abattis, etc.) et/ou dans des systèmes à promouvoir graduellement (p.ex. agroforesterie). Ces derniers seraient destinés à moyen terme à «mimer» le système initial naturel et pouvoir ainsi récupérer une plus grande quantité de fonctions.

Cet objectif général se décline en trois objectifs spécifiques :

1- Réaliser un diagnostic des potentialités et des contraintes des principaux sols agricoles de la Guyane, en particulier de leurs propriétés chimiques, physiques et biologiques.

2- Améliorer la fertilité des sols via des pratiques adaptées aux conditions pédoclimatiques, socio-économiques et agronomiques de chaque région et/ou de chaque filière.

3- Intégrer ces pratiques dans le contexte de l’amélioration.

Consulter le rapport

europe engage inra-small cirad region guyane rita