Utilisation de bactèries PGPR dans la décontamination des sols

le Cadmium

Le cadmium fait partie des métaux lourds les plus toxiques pour l’homme. Ses propriétés physico-chimiques, proches de celles du calcium, lui permettent de traverser les barrières biologiques et de s’accumuler dans les tissus de l’organisme.

Le cadmium se trouve à l’état naturel dans la croute terrestre car la roche volcanique en contient beaucoup. Néanmoins, la contamination anthropique au cadmium est de 3 à 10 fois plus importante que sa présence naturelle. Il est présent dans l’industrie minière comme sous-produit inévitable de l’extraction de certains métaux mais aussi dans les pesticides et les engrais. On peut donc le trouver dans des sols agricoles et forestiers.

Son absorption humaine se fait essentiellement par la nourriture. Les aliments riches en cadmium (comme le cacao) augmentent de façon importante la concentration du cadmium dans le corps humain. Une accumulation de cadmium dans l’organisme a des effets nocifs sur la santé.

Le cadmium au Pérou

Le cadmium est un élément naturellement présent dans la plupart des sols du Pérou. L’activité humaine telle que l’extraction de minéraux ou l’utilisation d’engrais non appropriés amplifie également ce phénomène provoquant une pollution des sols et ainsi le transfert de ce métal lourd dans les cultures.

Les fortes concentrations de Cadmium dans le cacao péruvien sont un grand frein à son exportation vers les pays de l’UE. La Commission Européenne a défini des nouveaux seuils maximum de cadmium dans les produits à base de cacao ce qui rend encore plus difficile sa vente  sur les marchés européens.

Le Projet Ecobiostim

Projet lauréat du Concours d’innovation #i-Nov 7ème vague dans la thématique « Enjeux de la transition énergétique et écologique dans l’industrie et l’agriculture ». Ce concours d’excellence est dédié aux projets de recherche innovants portés par des startups et des PME. Il favorise l’émergence d’entreprises leaders dans leur domaine. Le Concours d’innovation i-Nov est financé par l’Etat via le programme France 2030 et géré par Bpifrance et l’ADEME.

Le projet EcoBiostim a pour objectif la création d’une gamme de produits biostimulants symbiotiques à base de PGPR à destination des cultures tropicales pour répondre à des problématiques d’amélioration de la résistance des plantes face au changement climatique, de réduction d’absorption des métaux lourds par les cultures et de conduite éco-efficiente de produits agricoles, sylvicoles et de biomasse énergie.

Des études scientifiques démontrent que certaines rhizobactéries (PGPR) s’avèrent efficaces dans les processus de décontamination des sols par des métaux lourds.

Dans le cadre de ce projet, Solicaz mène des expérimentations avec des bactéries PGPR sur les plantations de cacao dans les communes de Tarapoto et Ishichihui, dans le département de San Martin, au Pérou.

L’objectif est d’étudier si l’utilisation de biostimulants bactériens limite l’absorption du Cadmium par les cacaoyers via diverses fonctions:

Z

La présence d’enzyme solubilisant le phosphate

Z

La présence de Substances Polymériques Extracellulaires (EPS)

Z

La production de sidérophores :

Les sidérophores ont deux effets possibles, soit l’immobilisation du Cd dans les cellules bactériennes, soit un effet de transport du cd dans la plante (augmentation de la bioaccumulation)

Ces fonctions des bactéries PGPR empêcheraient une bioaccumulation trop importante des métaux lourds dans les végétaux.

Nos partenaires

AMASISA/Forestera

Partenaire agricole mettant à disposition les parcelles expérimentales et assurant un suivi de terrain des expérimentations

UNSM

Université Nationale de San Martin, mise à disposition du laboratoire.

Biomede

Partenaire scientifique en charge de l’analyse du taux de contamination dans les sols et les plantes (cacao)

En conjonction avec nos partenaires, nous avons réalisé une session de formation théorique et technique destinée aux étudiants de la UNSM sur la thématique des biostimulants PGPR (avec démonstration du processus de production d’inoculum  en laboratoire et déplacement  jusqu’aux parcelles expérimentales pour l’inoculation des plantes).

Le Concours d’innovation i-Nov est financé par l’Etat via le programme France 2030 et opéré par Bpifrance et l’ADEME.

error: Content is protected !!