Restitution finale des résultats de projets GUYAFIX et MOM 2012

 Dans Presse

Le mercredi 28 octobre 2015 a eu lieu à la CCIG (Chambre de commerce et d’industrie de la Guyane), la restitution finale des résultats des projets Guyafix (2012-2015) et MOM (2012-2014) devant une assemblée officielle d’une trentaine de personnes.

De gauche à droite : A.CAILLEAU (SMSE), E.NICOLINI (CIRAD), G.PAUL et E.BRUNSTEIN (Solicaz), G.FAOUCHER (DEAL)

Les intervenants (de gauche à droite) : A.CAILLEAU (SMSE), E.NICOLINI (CIRAD), G.PAUL et E.BRUNSTEIN (Solicaz), G.FAOUCHER (DEAL)

G.FAOUCHER, chef du service mine de la DEAL, a introduit les projets en faisant un bref rappel sur la réglementation concernant la réhabilitation et la revégétalisation des sites miniers. Progressivement, au cours de l’exploitation, les sites doivent être réhabilités et 30% de la surface réhabilitée doit être revégétalisée. Ces projets avaient donc pour but de proposer des solutions à cette revégétalisation qui peut s’avérer difficile. Solicaz a ensuite  présenté son outil de réponse à cette problématique par le biais d’une « Sélection de plantes fixatrices d’azote endogènes de Guyane pour la restauration des sites dégradés« .

Objectifs du projet

Pour l’expérimentation, sept plantes présentes en Guyane à caractère héliophile, fixateur d’azote, à croissance rapide et reproductibles en pépinière ont été sélectionnées après des tests de germination, de multiplication par bouturage et des tests d’efficience de la fixation de l’azote par les nodules : Clitoria fairchildiana, Inga leiocalycina, Inga ingoides, Inga edulis, Inga macrophylla, Inga pezizifera et  Inga thibaudiana

Ces espèces d’Inga et de Clitoria ont ensuite été implantées sur trois parcelles de la SMSE (Société des Mines de Saint-Elie) afin de suivre leur évolution. Un an plus tard, la croissance et la vigueur des plants dont la nodulation avait été contrôlée par le biais d’un apport de bactéries spécifiques étaient déjà remarquables selon le botaniste du CIRAD, E.NICOLINI qui a étudié le développement architectural des plants. Les analyses physico-chimiques et biologiques des sols avant et après implantation des espèces fixatrices d’azote ont pu confirmer une reprise de la vie dans le sol quoique le délai soit trop court pour certifier d’une reprise totale des qualités agronomiques, visible au bout de six ans (Schimann,2005).

Avant-Après

Résultats sur sites après deux ans d’implantation

Enfin, A.CAILLEAU, géologue à la SMSE, qui a suivi et participé activement au travail de Solicaz a partagé sa vision et sa satisfaction totale sur les résultats obtenus au bout de deux années de plantation. Les plantes fixatrices d’azote ont favorisé l’installation de nouvelles espèces forestières en enrichissant le sol et en servant d’ombrage.

Le protocole de revégétalisation de Solicaz est un service efficace dont peut bénéficier les opérateurs miniers par gestion autonome ou externalisée.

L’invitation à l’observation des sites revégétalisés a été renouvelée pour le lendemain, le jeudi 29 octobre 2015 à la SMSE.

 

Articles recommandés
Contactez-nous

Une question ? Envoyez-nous un message et nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Pas lisible ? Changer le texte. captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher